Étude de cas

Un produit Nestlé contribue à la déforestation illégale de la forêt tropicale

Une nouvelle enquête internationale révèle que la multinationale suisse Nestlé vend un produit de beauté dont le principal ingrédient peut être retracé jusqu’à l’entreprise agricole brésilienne controversée Marfrig. Marfrig est critiquée pour son rôle dans la déforestation de l’Amazonie et sa pénétration illégale dans les territoires indigènes.

© Greenpeace

Depuis quelques années, le géant suisse de l’alimentation Nestlé vend un complément alimentaire appelé «Vital Proteins», qui est censé aider à combattre les rides du visage et à obtenir des cheveux brillants ainsi que des ongles et des os solides. Une enquête internationale menée par le Bureau of Investigative Journalism, à laquelle a participé le Guardian britannique, révèle aujourd’hui que le principal ingrédient de ce produit provient en partie de bovins brésiliens élevés dans des fermes responsables de la destruction de 2.600 km² de forêt tropicale . En effet, au Brésil, les groupes agroalimentaires déboisent illégalement de plus en plus de forêts pour les remplacer par des pâturages pour bovins. Ce faisant, ils pénètrent souvent illégalement dans les territoires indigènes.

Accrochez un drapeau à votre fenêtre ou balcon

Commander gratuitement ici

Produit de beauté à base de peau de bovins

Le principal ingrédient du produit de beauté de Nestlé est le «collagène». Le collagène est la protéine la plus répandue dans le corps humain. On le trouve dans les tendons, les muscles et les os et il confère à notre corps élasticité et résistance. Cependant, sa production par l’organisme ralentit avec l’âge . Le collagène est donc commercialisé comme un produit de beauté censé ralentir le processus de vieillissement . La volonté de contrer le processus naturel de vieillissement a conduit à une valorisation du secteur du collagène estimée à 4 milliards de dollars en 2022 .

Le collagène peut être obtenu à partir de bovins, de porcs, de poulets et de poissons. Le collagène bovin, qui est extrait des peaux de bovins et transformé en une fine poudre blanche, représente 34% du marché du collagène . Les groupes actifs dans le secteur affirment que le collagène n’est qu’un sous-produit de l’industrie bovine. Mais comme les marges bénéficiaires de l’industrie de la viande sont très faibles, le marché de la déforestation illégale n’est rentable que si toutes les parties de l’animal sont monnayées – c’est-à-dire non seulement la viande, mais aussi la peau pour la production de cuir et de collagène.

Les affaires de Nestlé avec l’entreprise agricole controversée Marfrig

L’une des principales marques de collagène au monde est Vital Proteins, dont la promotion est assurée par la star de cinéma américaine Jennifer Aniston. Vital Proteins est détenue majoritairement par le groupe suisse Nestlé depuis juin 2020 et a été entièrement rachetée par Nestlé en février 2022. En Suisse, Vital Proteins est disponible via des boutiques en ligne.

Pour leur enquête, les journalistes ont analysé l’origine des peaux de bovins utilisées pour produire le collagène. Une partie du collagène de Vital Proteins a pu être retracée jusqu’à des fermes directement responsables de la déforestation illégale et de la pénétration dans les territoires indigènes.

L’actrice américaine Jennifer Aniston est la directrice créative de « Vital Proteins ».

Chaîne d’approvisionnement du collagène bovin de l’entreprise agricole brésilienne controversée Marfrig jusqu’à Nestlé.

Ces fermes fournissent à Marfrig, l’un des plus grands producteurs de viande de bœuf au monde, des bovins dont les peaux sont utilisées pour la production de collagène. Marfrig fait depuis longtemps l’objet de critiques parce qu’il exploite illégalement, ainsi que ses fournisseurs, la forêt tropicale pour l’élevage de bovins et viole les droits territoriaux des populations indigènes. Mais ce n’est pas tout : ces dernières années, certains fournisseurs de Marfrig ont été inscrits à plusieurs reprises sur la liste des entreprises pratiquant des conditions de travail proches de l’esclavage, publiée par le ministère brésilien du Travail.

Confrontée à cette recherche, Nestlé a déclaré que les accusations portées n’étaient pas en accord avec ses normes d’approvisionnement responsable. La multinationale ne semble toutefois pas particulièrement pressée de résoudre le problème : Ce n’est qu’en 2025 que ses produits devraient être certifiés sans lien avec la déforestation.

Pourriez–vous soutenir notre engagement pour la responsabilité des multinationales ?

Merci pour votre don!

La situation pourrait bientôt empirer

Pour le moment, aucune amélioration n’est observée dans la chaîne d’approvisionnement en collagène de Nestlé, bien au contraire : la société «Darling Ingredients», qui fournit le collagène bovin à Nestlé, a acquis la société Gelnex en avril 2023 afin d’augmenter encore ses capacités de production de collagène . Gelnex est l’un des plus grands producteurs de collagène et de gélatine au monde . La recherche montre que Gelnex produit également son collagène à partir de peaux de bovins provenant d’abattoirs problématiques. Les bovins qui finissent dans ces abattoirs ont parfois été élevés dans des fermes construites illégalement sur des terres indigènes.

D’où la nécessité d’une loi suisse sur la responsabilité des multinationales

Cet exemple montre une fois de plus qu’une loi efficace sur la responsabilité des multinationales, telle qu’elle est actuellement introduite au niveau de l’UE, est également nécessaire en Suisse. Des multinationales comme Nestlé doivent s’assurer que leurs fournisseurs ne sont pas impliqués dans la déforestation illégale des forêts tropicales et doivent répondre des dommages causés.

Plus d’informations :

Article du Bureau of Investigative Journalism du 06 mars 2023

Article dans The Guardian du 06 mars 2023

Autres études des cas